Katrien et Isabelle, Coachs GoodHabitz

Recontrez et saluez
Belgian coaches Isabelle & Katrien

Katrien Beeckaert en bref (à droite)

« Les gens et le développement personnel m’ont toujours passionnée. À 18 ans, j’ai suivi ma première formation en développement personnel les gens et le développement personnel. Après mes études à Anvers et à Gand, j’ai commencé à travailler au CLB (centre d’orientation des élèves), ce qui m’a ensuite amenée à travailler pour l’agence d’intérim Manpower en 2009, pendant la crise financière. En 2012, après mon expérience en tant que consultante et coordinatrice chez Manpower Logistics, je me suis lancée en indépendante en tant que coach personnel et consultante en pédagogie pour adultes. À l’automne 2019, GoodHabitz m’a contactée et nous avons tout de suite accroché. C’est formidable de travailler à nouveau au sein d’une équipe de collègues et d’avoir un poste stimulant qui allie toutes mes passions professionnelles. En dehors de GoodHabitz, je pratique la salsa, la méditation, le yoga et j’adore la musique. Je me remets constamment en question en proposant de nouveaux enseignements et de nouvelles formations dans toutes sortes de domaines. Ma citation préférée ? C’est Henry Ford qui a dit : “Quiconque cesse d’apprendre est vieux, qu’il ait vint ou quatre-vingts ans. Quiconque continue à apprendre reste jeune.” »

Isabelle Mertens en bref (à gauche)

« À 21 ans, j’ai obtenu un job d’été chez SWIFT, une entreprise du secteur financier très réputée en Belgique. Une fois ma formation terminée, on m’a immédiatement offert un contrat à temps plein. Je m’y plaisais beaucoup et au bout du compte, j’y suis restée pendant 16 ans. La crise financière a été mon ticket de sortie ; c’était l’occasion pour moi de passer à autre chose. En 2011, j’ai commencé chez CrossKnowledge, un concurrent de GoodHabitz. Un nouveau monde s’est ouvert à moi, celui de l’apprentissage et de la formation. Par l’intermédiaire de Nouri Zouaghi, Directeur pays, j’ai commencé l’aventure GoodHabitz en février 2020. Je suis coach pour la France et la Belgique. Je fais partie d’une très bonne équipe et ça tombe à un bon moment dans ma vie. Grâce à mon travail, je rencontre beaucoup de personnes qui sont pour moi des sources d’inspiration. C’est fantastique ! »

« Le rôle du coach est de poser beaucoup de questions et ensuite, d’actionner les choses avec le client. »

Du coaching intensif

Une plateforme en ligne avec 87 formations et de nouveaux titres chaque mois : ça se vend comme des petits pains, nous direz-vous. Oui, c’est vrai, comme le prouvent les 1 163 entreprises que GoodHabitz compte parmi ses clients internationaux. Mais le simple accès au catalogue de formations ne constitue qu’une partie pour faire de cette collaboration un franc succès. En effet, on peut dire que c’est une réussite quand les employés de toutes ces entreprises suivent assidûment les formations. C’est dans cet objectif que chaque entreprise bénéficie de l’assistance personnalisée d’un coach GoodHabitz. Faites connaissance avec Katrien Beeckaert et Isabelle Mertens, respectivement coachs GoodHabitz Belgique et GoodHabitz France.

Katrien et Isabelle sont les deux premières coachs à rejoindre les équipes. Dans leur rôle d’accompagnatrices, elles incarnent l’entreprise GoodHabitz en y apportant un côté humain. Elles rendent régulièrement visite aux clients et inspirent les équipes L&D pour obtenir des résultats efficaces et positifs grâce à la mise en œuvre bien pensée des formations GoodHabitz à différents niveaux (employé, équipe et entreprise).

Une organisation apprenante

Toute entreprise a pour but de construire une culture de l’apprentissage sur mesure. Chaque entreprise est différente, et une stratégie peut s’avérer une réussite chez l’une, mais un échec chez l’autre. « Nous sommes bien plus qu’une plateforme qui offre des formations en ligne », déclare Katrien. « Le coach a pour objectif principal de guider et d’inspirer les clients. Nous aidons nos clients à stimuler leur développement personnel et à devenir une organisation apprenante sur le long terme. Nos formations en ligne et divers outils RH — tels que le plan d’action personnel — sont un moyen d’y parvenir. Le contenu et la structure des formations sont fun et attrayants, et ça incite les gens à vouloir travailler sur eux-mêmes. »

Savoir-faire et expérience

L’apprentissage en ligne est-il encore un phénomène nouveau ? N’a-t-il pas été accepté en 2020 comme un moyen d’apprentissage, comme une alternative aux cours en présentiel ? Selon Isabelle, ça varie beaucoup d’une entreprise à l’autre. « Certaines entreprises sont habituées à l’e-learning depuis un certain temps, tandis que d’autres en sont encore à leurs débuts. Vous pouvez aussi constater qu’il n’y a pas encore — ou que très peu — de culture du blended learning. Beaucoup de choses se passent encore en présentiel. Les entreprises réagissent avec attention et enthousiasme quand nous leur présentons notre vision et notre modèle de travail. » Katrien ajoute : « Je pense que c’est aussi grâce à notre expérience. GoodHabitz sait comment donner goût à l’apprentissage et a compris ce qui est réalisable ainsi que comment créer les bonnes conditions pour apprendre. Ce savoir-faire est incroyablement utile pour nos clients. »

Pas à pas

« Le personnel RH est toujours très enthousiaste et veut prendre un bon départ, mais parfois, la culture de l’entreprise est très éloignée de leur ambition », affirme Katrien. « Nous leur conseillons alors de garder cet état d’esprit positif et de procéder étape par étape. Ensemble, nous définissons l’objectif, le délai, les actions importantes à mener, etc. Le rôle du coach est de poser beaucoup de questions et ensuite, d’actionner les choses. » Le confinement n’a rien facilité ces derniers mois. Beaucoup d’entreprises ont commencé avec GoodHabitz et voulaient être opérationnelles dès le premier jour. Mais selon Isabelle, « Ça a été un peu plus difficile de faire participer les gens et de déterminer une bonne stratégie d’implémentation. En temps normal, le prélancement dure deux mois. Là, on mettait parfois une semaine. » On a donc beaucoup fait appel à la flexibilité des coachs. « Il arrive maintenant régulièrement que nos formations sont déployées immédiatement avant d'établir un plan d'action. Et qu'est-ce que cela donne ? Cela fonctionne aussi ! On doit savoir s’ajuster à des situations exceptionnelles », observe Katrien.

Des petits riens qui font beaucoup.

Parfois, il suffit de peu de choses pour faire une grande réussite. Katrien se remémore cette jolie anecdote : « Un jour, un client m’a indiqué que ce n’était pas la peine d’ouvrir un compte pour le personnel travaillant dans l’entrepôt, sous prétexte que ces personnes ne suivent pas de formation. Je lui ai conseillé de donner malgré tout un accès GoodHabitz à ces personnes-là, et de voir ce que les données nous diraient. Et vous savez quoi ? Au bout de quelque temps, il s’est avéré que quatre des cinq apprenants les plus assidus étaient des employés de l’entrepôt. Nous avons été positivement surpris ! » Katrien poursuit : « Je me rappelle aussi cet autre client qui a subi lourdement les conséquences de la crise du Covid-19 et qui a dû licencier plusieurs personnes. C’est terrible, mais là aussi quelque chose de positif s’est produit : on a mis en place un processus de départ grâce auquel toutes les personnes qui ont dû malheureusement quitter l’entreprise continueront à avoir accès à leur compte GoodHabitz jusqu’à la fin de l’année 2020. Un beau geste et une initiative généreuse ! » 

 

 

Recevez les dernières tendances
directement par e-mail.

Inscrivez-vous à notre newsletter.